Le vélotaf et moi, de 2009 à aujourd’hui…

Pourquoi depuis 2009 seulement ?
Avant 2009, j’habitais suffisamment près de mon travail pour m’y rendre à pied et avoir 2 vélos volé et un 3eme vandalisé en 3 ans m’avait un peu dégoutté d’investir, ne serait-ce que 50.- dans un nouveau biclou.

 

 

En 2009, je déménage et me trouve à plus de 10km de mon travail; le faire à pied devient moins raisonnable si tant est qu’on veuille avoir aussi une vie de famille.
Je me reprend alors un vélo (droit) et me lance à l’essai mais après une semaine, blessure à l’aine. Les réglages n’y font rien, le changement de matériels non plus, mon aine morfle systématiquement après 75km répartis en 3 jours.

Je mets alors de côté l’idée vélotaf et l’arrose avec le concept de vélo couché.

En 2012, à force de recherches tranquilles, je trouve http://www.velocouche.ch, un magasin qui vend ces engins racés et propose de les essayer, je m’y rends donc et, après avoir vaguement tenté le 2 roues, je jette mon dévolu sur le Gekko fx de chez HP Velotechnik. un trike pliable.

Un samedi de mi octobre 2012, je me rends à Yverdon-les-bains pour prendre possession de mon nouveau destrier et décide de pédaler pour rentrer à Versoix… meilleure méthode selon moi pour faire connaissance avec la bête.

L’engin est plaisant, confortable et sait se faire assez petit, la route de retour se fera sans soucis et les courbatures qui suivront naturellement l’excursion ne dureront pas, le lundi suivant, je roule pour travailler.

Mes premières inquiétudes relatives à son utilisation en milieux urbain s’évanouissent sitôt constaté le fait que les motorisé me laissent clairement plus de marge que sur un vélo classique !

6 mois et 1500km plus tard, (oui, je roule par tout temps), l’un des défauts du trike se fait ressentir, on peut être coincé dans des bouchons et téter le pot d’échappements n’est pas ce qu’il y a de plus agréable. Je décide alors de tenter à nouveau l’aventure du 2 roues couché et commande un Azub Origami (pliant lui aussi).

Il arrive durant l’été 2013 et, après une prise en mains qui s’avère plus rapide que prévu, je goûte au plaisir de m’incliner dans les virages.
Du kart à pédales, je passe au planeur de la route.

3 ans durant, je roule avec plaisir soit sur 2 roues, essentiellement lors de déplacements urbains, soit sur 3, puis décide de me séparer du trike, préférant franchement la sensation que procure le 2 roues.

Cependant, l’Origami n’est pas prévu pour voyager, or, depuis l’achat du trike, ma compagne et moi caressons l’idée du voyage à vélo; de plus, le guidon en timon de l’Origami me convient bien moins que le guidon sous les fesses du Gekko.
Je repasse donc chez velocouche.ch pour tester les StreetMachine et SpeedMachine de HP Velotechnik.

Mon choix est fait, ça sera un StreetMachine GTE, que j’irai chercher au magasin (pour pédaler sur le trajet de retour) à la mi octobre 2016.

Mais il faut dire ce qui est; même si j’aime la ligne racée de ce bolide, ainsi que son confort, j’aime toujours les lignes des vélos « vintage ».
Et puis il n’est pas envisageable de rouler couché en portant le kilt or, cette tenue me convient très bien. Je trouve donc, via les petites annonces, un joli vélo droit que j’ai baptisé « Malôkü ».

Ce vélo, je l’utilise une à deux fois par semaine, croisant dans les rues de Genève. J’ai prévu de lui apporter quelques modifications et une nouvelle couleur mais ça, c’est une autre histoire.

Il me reste donc à habituer mon toutou à la remorque et laisser ma compagne s’entraîner avant de partir sur la route de vacances.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *